Simone De Brito, une centenaire qui n’en a pas l’air !

18/02/2021

Locataires
Simone De Brito, une centenaire qui n’en a pas l’air !

Il est 11 heures, nous arrivons chez Simone, locataire à Joinville-le-Pont. Elle fête ses 100 ans. Si être centenaire est chose rare, vivre dans son logement à cet âge l’est encore plus. Simone nous accueille avec son fils Marc. Notre bouquet de fleurs lui fait rapidement oublier que nous lui faisons manquer son rendez-vous quotidien avec Les feux de l’amour.  

Née en 1921, Simone De Brito a connu l’arrivée de l’électricité, de l’eau courante et du téléphone dans les logements. Elle avait 18 ans quand la seconde guerre mondiale a éclaté. « Petite mamie cool », Simone est originaire de Guiclan dans le Finistère. Tous les étés, avec Marc, elle rejoint son fils cadet en Bretagne. Mais si Simone n’a jamais fait l’impasse sur ces cinq semaines près de l’océan, sa vie est à Joinville.

Elle monte à Paris en 1942 et rencontre son futur époux et père de leurs trois enfants. Simone est aujourd’hui grand-mère et arrière-grand-mère.

Son fils Marc, également habitant de Joinville-le-Pont nous raconte leur histoire.

Simone est locataire de la cité de l’Egalité depuis 71 ans. Quand ils arrivent en 1950, ils s’installent dans un logement avec une pièce et une cuisine. “C’était petit”, nous confie Marc, mais ils en gardent très beaux souvenirs. En 1958, changement de logement pour un deux pièces. Simone et son mari ont une chambre, tandis que les trois enfants dorment dans le salon. En 1979, nouveau déménagement pour une plus grande superficie mais le même nombre de pièces.

Simone est dans son logement actuel depuis 1984, et elle s’y sent bien. La résidence est calme et elle aime beaucoup les équipes Seqens sur place. Lors des travaux de réhabilitation en 2010 son fils s’est installé chez elle pour l’aider, mais tout s’est bien passé et comme il le dit « on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs ». Simone s’est cassé le fémur récemment, mais son fils nous précise qu’en « temps normal elle descend et monte encore les escaliers sans trop de difficultés ».

Simone est en pleine forme.

On dit que l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt et voilà peut être l’un de ses secrets. Ses journées commencent à 4 heures du matin. Elle se lève, se prépare et prend son petit déjeuner. Puis elle attend Marc, son fils, qui la rejoint pour la journée à 6h15.

Simone est une fine bouche. Tous les matins elle choisit ce qu’elle veut déjeuner, et son fils opère en cuisine. Ce midi, ce sera crevettes sauce piquante et riz Thaï.

Aucun problème de santé à déclarer, son médecin dit qu’elle a un coucou Suisse à la place du cœur. Et Simone de nous dire « Il parait qu’il était trop petit ». Elle qui était la plus petite de son canton, était aussi vue comme la moins costaud. Comme quoi les apparences sont trompeuses.

Simone est peut-être aidée par la génétique, son père a vécu jusqu’à 90 ans.

Mais le vrai secret de sa longévité selon Marc c’est lui, s’amuse t’il.

 

Quand on lui demande si elle est heureuse d’avoir 100 ans, Simone nous répond en souriant « j’aurais préféré en avoir 90, j’aurais été plus jeune pour la photo ». Notre centenaire est coquette, elle est embêtée car à cause de sa blessure au fémur elle n’a pas pu aller chez le coiffeur avant notre venue.

Nous repartons sans connaitre précisément la recette pour vivre centenaire. Mais à en croire Simone “mélangez un peu de génétique, beaucoup d’amour, une dose de gourmandise et restez fidèles aux feux de l’amour !”

PS : Si besoin, les 48 saisons des feux de l’amour sont disponibles sur le site Internet de TF1.